J-30 avant camembert…

Coucher de soleil depuis la Taipei 101

Bientôt la fin... Vue sur Taipei et coucher de soleil depuis la Taipei 101

Ça y est, on a atteint le très symbolique seuil du J-30 avant retour au pays…

Sur ces 30 jours, si on retire ma semaine en Chine fin août, il me reste donc environ trois semaines à Taïwan…

C’est justement sur la fin que tu réalises qu’il y a un million d’endroits que tu aurais aimé voir et que tu n’as pas fait…

Mon prof est parti 3 semaines à l’étranger jusqu’à mi-août. Lorsque j’ai appris ça, je croyais pouvoir dire “cool, 3 semaines de vacances à rien glander et taper du rapport de stage”.

Hélas… c’était sans compter sur le malaisien du labo qui a arrêté la fac plus ou moins du jour au lendemain (déjà qu’il ne faisait pas grand chose avant). Bon, qu’il arrête la fac, c’est son problème, me direz-vous… Oui, mais seulement voilà : QUI va finir son projet de 6 mois sur l’authentification multiple à finir pour septembre?? Hmm??? Oui, QUI?

Un jour de pluie à Taipei

Ecriture d'articles de blog un jour de pluie, avec la BO de Ghost in the shell en fond...

Bien entendu, Johnson et moi nous y collons. Devant le bazar qu’il nous a laissé, il nous était plus simple de repartir de zéro. Bon. Et au passage, on a 15 jours. Gloups.

Et moi qui comptais taper tranquillement mon rapport de stage, j’ai donc dû décaler cette activité ô combien intéressante le week-end. Inutile de dire que depuis la semaine dernière, mes week-ends sont drôlement moins funky…

 

 

En bref, c’est bientôt la fin. Bien entendu, après 6 mois à l’autre bout du monde, la France et surtout certains français me manquent.
Mais une chose est certaine, une fois rentré, apprêtez-vous à m’entendre parler de Taïwan à longueur de journée, parce que ma vie taiwanaise va sacrément me manquer !!

Kaohsiung

Kaohsiung, working city...

Kaohsiung, working city...

Bon, deux semaines après, voici la suite de l’article précédent…

Tant qu’à être à Kaohsiung (高雄, prononcez “gaoshiung”), j’avais négocié avec mon prof pour me prendre 2 jours sur place (et donc rater le lundi) en faisant un peu de tourisme. Malheureusement, Johnson qui avait du boulot à finir juste avant son départ pour la France devait rentrer sur Taipei après la conf, je me suis donc fait 2 jours en mode aventurier solitaire dans le sud de Taiwan…

Première constatation : … mais où sont les étrangers ? C’est vrai ça, les non-asiatiques, ils sont où? A Taipei, il n’y en a déjà pas beaucoup, mais à Kaohsiung c’est bien simple, j’ai dû voir moins de 10 non-asiatiques en 2 jours.

Kaohsiung - Love river

愛河 alias la "love river"

Deuxième constatation : comme il n’y a pas d’étrangers… les gens sont mauvais en anglais (mais alors vraiment très mauvais…). J’ai donc dû utiliser le peu de vocabulaire Chinois que je connais pour demander mon chemin, marchander des tapis et taper la discute…

Troisième constatation : raaaah, mais monsieur/madame, arrêtez de me fixer comme ça! Vous avez jamais vu un Français ou quoi?

Quatrième constatation : c’est le sud de Taiwan, il fait très chaud…

Bref, au programme – à chaque fois improvisé le matin même, c’est plus fun – des deux jours :
1er jour : Kaohsiung centre et l’île de Cijin
2ème jour : Zuoying et le “Lotus Pond” (étang du lotus)

Attention! Chute de noix de coco!

Attention! Chute de noix de coco!

Le premier jour, j’ai loué un vélo pour me balader dans le coin de Sizihwan (ouest de la ville) et sur l’île de Cinjin. Cinjin, c’est LE grand lieu touristique de Kaohsiung le week-end…

Mais en dehors de l’île de Cinjin, Kaohsiung paraît beaucoup plus “vide” que Taipei : grandes stations de métro quasi vides, grandes rues très larges sans personne…
La ville est beaucoup moins “internationale” que Taipei et beaucoup plus industrielle (notamment quand on voit le port et tous ses porte-conteneurs qu’on dirait tout droit sortis de Thalassa). Et à part ça, le Liuhe Night Market vaut vraiment le coup d’oeil

Le deuxième jour, je suis allé au “Lotus Pond” (étang du lotus) à Zuoying (partie nord de Kaohsiung). Il y a deux lacs sympa à voir à Kaohsiung : le Chengcing Lake (澄清湖) et le Lotus Pond. Les deux étant situé à perpette l’un de l’autre, il a fallu choisir…

Une des pagodes du Lotus Pond

Une des pagodes du Lotus Pond

Et le Lotus Pond à trouver, quand tu parles pas Chinois, c’est dur…
Heureusement, je suis tombé sur deux Hongkongaises qui y allaient aussi et qui m’ont guidé jusque là. Je n’aurais jamais trouvé tout seul, le chauffeur de bus ne parlant, évidemment, pas anglais.

Le Lotus Pond, c’est très joli à voir (dommage qu’il fasse gris ce jour là et qu’il se soit mis à pleuvoir sur la fin… ). Le lac est entouré de pagodes et temples Chinois et est situé juste à côté de Zuoying, une des plus anciennes villes de Taiwan (17ème siècle…) dont il reste quelques fortifications.

Le coin est un peu touristique (bon, on est très loin du monde sur la Côte d’Azur…) mais essentiellement peuplé de touristes… taiwanais. D’où le regard un peu bizarre des papys taiwanais en train de jouer aux échecs chinois quand ils me voyaient arriver près d’un temple…

Enfin bref, une conf (donc TGV payé par le labo…), 2 jours de vacances dans le sud de Taiwan, c’est cool la recherche 🙂

ITAMC 2011

Roooh! 3 semaines sans article! J’en avais presque oublié que j’avais un blog…

ITAMC 2011

La classe internationale

Programme du week-end dernier
Officiellement :
– Samedi : partir pour Kaohsiung à 9h du mat’ en high-speed train
– Participer à la conférence ITAMC 2011 (Information Technology, Applications and Management Conference) à l’Université I-Shou (義守大學)

Officieusement :
– Jouer du pipeau à une conf et profiter du buffet (pas mauvais, d’ailleurs)
– … et surtout enchaîner sur 2 jours de tourisme à Kaohsiung (eh bien oui, tant qu’à être sur place…) – j’en parle dans le prochain article

La conf en soi, ça valait le détour. J’étais le seul étranger sur place….
… et la plupart des présentations étaient en chinois – pour comprendre de quoi le type parle c’est de suite un peu plus chaud (heureusement, certains avaient leurs slides en anglais!)

Ma présentation durait une dizaine de minutes, et au moins maintenant à Kaohsiung on connaît l’École des Mines de Saint-Étienne 🙂

ITAMC

Le seul mec habillé en touriste avec une paire de baskets...

Et enfin, la grande classe, mon article (oui, celui-là même que je trouvais nul à chier…) à été sélectionné parmi les 10 “outstanding papers” (sur 180 quand même!)

J’ai donc eu droit :
– à un espèce de mini-diplôme disant (en chinois…) que ce que j’écris, c’est bô
– et à 2000 dollars (… taiwanais bien sûr, ce qui fait environ 50€)
– et à une photo de groupe pour fêter ça 🙂

Bon, samedi, c’était conférence, et dans le prochain article je parlerai de mes deux jours de tourisme qui ont suivi à Kaohsiung. C’est sympa, la recherche 🙂

Computex 2011

Angry Birds sur 5 écrans

Angry Birds sur 5 écrans, avouez que ça vous fait rêver...

Le 2ème plus grand salon de high tech au monde à Taipei… je me devais d’aller y faire un tour!
Départ le samedi matin à 11h avec Johnson (et le réveil à 11h après être rentré à 6h, c’est toujours aussi dur…)

Qu’est-ce qu’il y avait à voir ?
De l’électronique, des télés 3D, des stands qui vous vendent du rêve en vous mettant tout à la sauce cloud computing, Angry Birds, les jumelles du stand Gigabyte…

Bien entendu, le mot à la mode de l’informatique en ce moment, ce n’est plus data mining ou web 2.0 (c’est complètement has been maintenant), c’est bien entendu cloud computing. Si vous voulez être une entreprise innovante, vous devez utiliser du cloud. Même si ça vous sert à rien (ça on s’en fout), il faut juste que vous vous débrouilliez pour en caser quelque part dans votre appli et vous arriverez sûrement à vendre à des gens qui n’y comprennent rien mais qui savent que cloud, c’est the tendance du moment.
Les phénomènes de mode dans l’informatique, c’est quelque chose qui m’a toujours fait rire…

Stand Gigabyte

Si on allait à ce genre de salon uniquement pour l'électronique, ça se saurait...

En revanche, le salon reste avant tout un salon pour professionnels de l’informatique et seul les derniers jours sont ouverts au public ; du coup, le salon est un peu plus “ramolli” le dernier jour par rapport aux jours précédents (quand ça fait 5 jours que tu tiens un stand, à la fin, t’en as un peu marre…)
Mais bon, il y avait facilement de quoi s’occuper pendant 2-3 heures et ça valait quand même le détour

Vénales, les Taiwanaises ?

Tous les jours, je lis Taiwan Info, un site en Français d’actu Taiwanaise. Bon, jusque là rien de bien croustillant.

100 NewTaiwan Dollars

Des sous, des sous, des sous!

Ce qui l’est plus, c’est l’article principal de mardi dernier, sobrement intitulé “Pas de boulot, pas de mariage“. Je résume rapidement, pour les gens qui auraient trop la flemme d’aller lire l’article : une agence de recrutement Taiwanaise a fait un sondage auprès de Taiwanaises pour savoir quels étaient les critères les plus importants pour le choix de leur futur mari.

Bon. Le résultat est sans appel.
1 – Un emploi stable et bien rémunéré (91%)
2 – Un logement (71% – il faut dire que l’immobilier à Taipei, c’est très cher)
3 – Une voiture (55%)
4 – Un compte en banque avec plus d’1 million de NT$, soit environ 25000€ (30%)

En gros, si vous voulez vous marier avec une Taiwanaise (après tout, on sait jamais), il vous faut des sous, de préférence beaucoup.

Alors évidemment, et le romantisme dans tout ça ?
(question d’autant plus pertinente qu’ici une fois sur deux quand vous dites que vous êtes français on vous répond que vous venez du pays du romantisme…)

Évidemment, après en avoir discuté avec des Taiwanais, j’ai eu droit à la question “Et les Françaises?”
“Oh, les Françaises, peut-être qu’elles pensent pareil, mais au moins elles ne le disent pas…”

Finalement, tout ça a peut-être un lien avec ce qu’on m’a sorti la semaine dernière, comme quoi ici, ingénieur, ça avait plus la classe que pompier… (quel merveilleux pays!)
(bon, celui qui m’a dit ça était lui-même futur ingénieur…)

我會說一點中文

(Titre : wǒ huì shuō yīdiǎn zhōngwén – je sais parler un peu Chinois)

Bonjour Taiwan!

C'est que mine de rien, ça m'arrive pas tous les jours de parler Français ici...

Un article toutes les semaines? Raah, ça devient une catastrophe… on se croirait presque sur le blog de Thomas et Loïc!

Bon, en fait ça va, après un rapide coup d’œil, j’ai encore de la marge avant d’atteindre une telle déchéance bloguistique.

Maintenant, j’arrive à peu près à m’exprimer pour des choses très simples. Genre “je voudrais un café”. Le problème se pose si on me pose une question. Genre “le café, vous le voulez chaud ou froid  ?” (oui, bon, cherchez pas…)
Oui, je peux un peu parler, mais alors comprendre c’est encore autre chose…

Du coup, la plupart du temps, je me mets à parler anglais par solution de facilité.
Enfin, il y a quand même des fois ou… la personne ne parle pas anglais.
Et là, damned, je suis coincé!

Art Chinois

Quand vous comprenez pas un traître mot de ce qui est écrit, c'est de suite moins fun...

Ça m’est arrivé vendredi soir dernier. J’étais chez Marine (la seule gardannaise de tout Taipei!) qui faisait un pot de départ avant de repartir en France. Bref,
“Tiens, lui c’est mon copain. Par contre, il ne parle que Chinois.” Ah… Bon… Heu…
Ça va, j’ai quand même réussi à lui dire que j’habitais dans le Sud de la France… même si je le soupçonne d’avoir fait genre qu’il me comprenait juste pour éviter de me dire que mon chinois est vraiment pourri…

PS : la soirée était bien sympa, merci pour l’invit’ et le(s) verre(s) de rouge 🙂

French apéro

French apéro au labo

Camembert, vin rouge... what else ?

OK le tofu, les raviolis Chinois et les alcools de riz c’est pas mauvais, mais quand même…

Après le premier “French apéro” franchouillard du mois dernier (pastis + brie) – où j’avais oublié de prendre mon appareil photo –  hier a eu lieu la 2ème édition : vin rouge et camembert!

Bon, 10000km dans une soute d’avion, ça ne vous arrange pas la qualité d’un camembert, mais franchement je m’attendais à pire, ça restait tout à fait mangeable.

Vous noterez en passant que Johnson, sur la gauche, essaie de nous faire croire qu’il boit du café alors que tout le monde sait très bien que c’est du vin rouge…

Quelques news en vrac

La France, vue d'ici

Avec ce genre de produits français exportés, tu m'étonnes qu'après on nous voie de façon hyper stéréotypée 😉

En fait, l’inconvénient de poster un article tous les… longtemps, ça fait qu’on se retrouve avec beaucoup plus de trucs à raconter…
Alors du coup, quand on veut tout raconter d’un coup, ça devient vite le bazar. Du coup, l’article d’aujourd’hui sera donc particulièrement en vrac et manquant de cohérence
(eh oui, je sais ma bonne dame, c’était mieux avant d’ailleurs, les images n’ont aucun rapport avec le contenu de l’article…)

 

1 – Extension de visa : OK
Pfiou! Enfin, ça c’est fait. Je peux donc officiellement rester à Taiwan jusqu’au 1er septembre. Là où c’est surprenant, c’est que pour une fois, c’était une démarche administrative simple!
Non, c’est vrai, c’est tellement rare que ça en devient surprenant!
Je suis allé au ministère avec Johnson, et paf, en 10 minutes c’était réglé.

Pomme cannelle

Non, ce n'est pas une tortue. Non, je ne mange pas que du riz et du tofu : je mange aussi des fruits bizarres...

Comment ça? On ne me demande pas de remplir 30 formulaires ? Je n’ai pas d’échantillon d’urine ou de test de salive à fournir ? Je n’ai même pas à parcourir 10 bureaux différents ?
Obtenir une extension de visa, ça prend 10 minutes, par contre une carte d’étudiant non ça définitivement c’est pas possible…
Ah et bien finalement c’est peut-être juste les employés de l’administration de la fac’ qui sont vraiment des quiches…

 

2 – Quelques traditions un peu déconcertantes…
Un vrai Chinois vous expliquerait sûrement bien mieux que moi le problème, mais dans les pays de culture Chinoise, on n’offre pas un parapluie à un couple.
Non, vraiment, ça ne se fait pas!
(visiblement, c’est parce que la prononciation de “parapluie” est proche de celle de “séparation” ou un truc du genre)

Tableau Chinois-Français... un peu dur à suivre

Ça devient vraiment confus, l'apprentissage du Chinois...

Dans la même veine, si vous offrez à quelqu’un une horloge (alors je ne sais pas si ça compte aussi pour les montres, mais je vais me renseigner!), ça peut être interprété comme le fait que vous pensez qu’il ne lui reste plus longtemps à vivre…
(ou un truc dans le genre)

Alors bien sûr, ça peut paraître absurde.
Mais ceci dit, quand j’explique ici des détails comme le fait qu’en France ouvrir un parapluie à l’intérieur ça ne se fait pas, ça leur paraît au moins tout aussi absurde…

臭豆腐

Stinky Tofu

Ça a l'air de rien comme ça, mais ça peut sentir jusqu'à 20 mètres à la ronde!

Aujourd’hui (je reprends un peu du service sur ce blog…) article gastronomie!

Et attention, pas n’importe quel plat : le stinky tofu (臭豆腐 – Chòu dòufu en Chinois, et Tofu puant en Français).

Ces espèces de cubes un peu mous messieurs dames, eh bien, c’est la fine fleur de la gastronomie Taiwanaise! Si vous venez un jour à Taiwan, vous devez tester ça
(vous n’aurez aucun mal à en trouver : dès que dans une rue vous vous dites “Mais ils ont un problème avec leurs égouts ou quoi?” c’est que vous avez probablement un vendeur pas loin…)

1 – Ça pue. Eh oui. Mais alors c’est vraiment violent tellement ça pue.
Je pense – bon, ici c’est difficile de faire le test – que ça arriverait à recouvrir l’odeur du plus puant fromage Corse mis à côté….

2 – Ça peut se manger dans certains restos (mais qui sont spécialisés là dedans, sinon ce serait vraiment faire un sale coup à votre voisin de table que de commander ça dans un resto normal…) mais ça peut aussi se trouver sur des étals dans la rue. Et le problème, c’est qu’UN SEUL vendeur de tout ça dans une rue peut vous assurer une odeur insoutenable jusqu’à 20 mètres à la ronde

3 – Ça peut se préparer frit ou bouilli. Frit, c’est le plus… heu… parfumé dirons nous.

4 – Et au niveau du goût c’est un peu mou, mais franchement au final c’est plutôt bon.
Bon, ça vaut pas un fromage Corse mais c’est pas mal – bien entendu, quand vous mangez, il faut éviter de mettre le nez dessus et faire abstraction de l’odeur.

Ah oui, et pour finir, rubriques “anecdotes diverses”, grâce aux Taiwanais de mon labo, je sais maintenant dire “merde” en Taiwanais (oui, le Taiwanais est une langue différente du Chinois)… Très utile.
Du coup, je leur ai appris la version française. Et franchement, quand vous travaillez, entendre un “putain ‘fait chier” venant du bureau d’à côté, ça fait toujours bizarre…
Eh oui, c’est aussi ça les échanges culturels 🙂

Semaine mouvementée

Non, je ne fais pas grève une grève de l’écriture.
Non, ce n’est pas que par flemme que je n’ai rien écrit depuis 10 jours (si si!) Non sérieusement, j’ai beaucoup de boulot depuis 10 jours…
Non, je suis toujours vivant et je vais bien (bon, j’ai eu un mal de crâne pas possible pendant 10 jours et j’ai survécu à un mini-séisme de 5 secondes hier, mais à part ça tout va bien)
(d’ailleurs franchement, même 5 secondes de tremblement de terre quand vous êtes seul dans une pièce c’est vraiment hyper flippant…)

Oui, promis je vous ferai un vrai article cette semaine quand j’aurai un peu moins de boulot